Recherche de perfection et souffrance

La recherche de perfection reste le graal de bon nombre d’entre nous.
Nous avons du mal à accepter l’erreur, souhaitant à tout prix être parfaits.
Le plat cuisiné doit être très bon, la nouvelle coiffure nous aller à merveille, parler tel un orateur, avoir des enfants avec une bonne éducation et bons élèves, être un amant à faire rougir Don Juan, réussir professionnellement, avoir une belle maison, une culture générale enviable…
En clair, nous souhaitons apparaître irréprochables aux yeux des autres.
La recherche de perfection devient notre dope ! Accro aux compliments, ayant un besoin d’être aimé sans bornes, nous suivons cette chimère séduisante qui nous emmène dans des dédales impossibles. Comme dans toute drogue, c’est le sentiment de bien-être promis que l’on veut atteindre. Un sentiment qui ne vient pas ou qui tient si peu dans le temps qu’il nous pousse à l’exigence. Il en faut plus, toujours plus.

Bon nombre de thérapeutes et autres coachs nous proposent des techniques pour être le meilleur, avec des solutions miracles où le fait de se concentrer sur l’objectif convoité est suffisant pour nous changer. C’est le deal : « fait ça, tu auras ça ! »

La pensée positive est un élément important mais la pensée magique n’a jamais fait changer les comportements.

Notre raison le sait pourtant, la perfection n’existe pas ! Et pourtant, notre besoin d’être aimé, lui, tente quand même. Il est persuadé, qu’en étant bien sous tous rapports, la vie sera un nirvana !

La chute est alors terrible ! De déceptions en déceptions, nous pensons que le bonheur n’est pas fait pour nous. En souhaitant atteindre l’inaccessible, c’est la souffrance assurée !
La limite de tout être est celle de ses capacités propres. Pour sortir du cercle infernal de l’idéal, nous devons en faire le deuil pour accepter de faire « du mieux que je peux ». En acceptant cette limite réelle, en arrêtant de plonger dans l’abîme, nous avons la possibilité de caresser la satisfaction.

 

recherche de perfection

C’est dans l’écart entre la perfection et de notre limite « du mieux que je peux » que la souffrance se loge. Pour en sortir, il nous faut quitter notre bien-aimé idéal. Le divorce doit être prononcé !

Ce plaisir tant attendu apparaît en atteignant des objectifs réalisables avec nos compétences personnelles.

Il est donc possible d’être heureux, en faisant du mieux que l’on peut. Tout simplement.

Est-ce si simple ? oui, mais c’est long, il va falloir prendre conscience tous les jours, dans tout ce que nous faisons, de la réalité de la limite et ne plus rentrer dans la zone rouge. Nous pouvons alors nous sentir accomplis dans ce que nous réussissons à faire, et c’est déjà beaucoup!

Entre toujours mieux faire et se satisfaire,
entre l’idéal et la réalité,
entre la souffrance et le bien-être,
à nous de choisir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s